Navigation


 Publications en ligne


 Retour au forum

Ecigarette-public.com - Le forum de la vape   

La Rétro 2020 : une année bien moisie.

Franck | Publié le mar 5 Jan 2021 - 16:57 | 827 Vues



1. C'est où Wuhan ?

Au début, on ne s’est pas trop méfié. On aurait dû. Car il se passait un truc que nul n’a vu venir.


Les vapoteurs un peu anciens le savent : les chinois ont vite compris comment fonctionne le capitalisme. Ils ont même développé certaines recettes de leur cru, comme le fait d’inonder le marché en volumes mais aussi en modèles afin d’avoir toujours quelque chose à vendre, en nombre qui plus est, afin d’asphyxier, voire annihiler, toute forme de concurrence.


Du coup, il y a toujours des nouveaux modèles de vape proposés par les fabricants chinois, quand bien même souvent ces nouveaux modèles n’apportent pas beaucoup d’innovations.


Or, de janvier à mars 2020, peu de nouveaux modèles en provenance de l’Empire du Milieu sont parvenus jusqu’à nous. Oh, il y en a bien eu quelques uns mais franchement moins que d’habitude.


Pour ma part, j’avais mis cela sur le compte du nouvel an chinois qui tombe fin janvier/début février. En effet, pendant une petite semaine, la Chine est quasiment à l’arrêt. Mais, très vite, cela repart. D'habitude. Pas en 2020. Ou si peu (lire ici).


Ceux qui suivent l’actualité ont vite compris. Il se passait un truc en Chine. Dans la province de Wuhan plus précisément. Il paraît qu’un nouveau et fort méchant virus prenait ses aises. Il n’allait pas tarder à visiter le monde entier, et sans passeport en plus. Le début d’une année bien pourrie


Dorénavant nous voilà prévenus :


«Si les chinois ne vendent pas, la cata chez toi ce sera.»

 
Rassurons-nous, cette espèce de torpeur, de valse-hésitation se traduisant par une baisse des échanges entre la Chine et les autres pays du monde ne dura pas très longtemps. Dès la mois d’avril, la Chine, ainsi que la plupart des pays asiatiques, se sont largement remis au travail après quelques mois passés à traiter ce nouveau virus, à l’aide de politiques d’ailleurs bien différentes (lire cet article). Et les fabricants de vape ne furent pas en reste.


Mais, alors que les pays asiatiques repartaient de plus belle, ce sont les autres continents, notamment l’Europe, l’Amérique de Nord et l’Amérique du Sud qui sombrèrent dans les ténèbres. Confinement et arrêt brutal de pans entiers de l’économie. Mais vous connaissez la chanson.


2. Les magasins restent ouverts en France.

Heureusement, les professionnels de la vape français et les vapoteurs français ne furent pas trop touchés. Non seulement de très nombreux sites de vente en lignes existent et ont assuré les commandes mais les boutiques physiques ont pu ouvrir. En effet, le ministère de la santé les a classées comme « magasins essentiels » durant les deux périodes de confinement. Ce fut un soulagement. Beaucoup y ont vu un début de reconnaissance tacite de l’importance de la vape dans le sevrage tabagique. En tout état de cause, le gouvernement français n’a pas profité de cette sombre période pour faire la guerre à la vape, ce qui est déjà une bonne chose. Un seul point négatif à signaler : il n’est pas possible de tester du matériel et des liquides en magasin, consignes d’hygiène et de sécurité oblige, ce qui peut être un frein au passage à la vape pour de nombreux fumeurs.


Si les français ont pu toujours acheté leurs produits et leurs liquides fétiches, soit en ligne soit dans les magasins physiques, ce ne fut pas le cas dans tous les pays. Je pense notamment aux vapoteurs belges qui déjà, n’ont plus de magasins en ligne mais en plus ont vu leurs magasins fermés de longs mois. Heureusement, les magasins physiques belges ont pu de nouveau ouvrir. Espérons que ces longues périodes de fermeture n’aura pas trop d’impacts économiques, obligeant alors certains d’entre eux à baisser définitivement le rideau.


Là encore, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne. Si certains commerçants voient l'avenir en noir, l'e-commerce affiche une santé insolente. Et, contrairement à ce qu'on peut lire, il n'y a pas qu'Amazon qui tire les marrons du feu. Un des exemples marquants est Kumulus Vape qui enquille les ventes (lire cet article).



3. 2020 : Peu d'innovations.

Si donc il y a eu pas mal de nouveaux modèles dès le mois d’avril, je n’ai, pour ma part, pas vu beaucoup d’innovations intéressantes. Si vous en avez découvert, n’hésitez pas à le signaler ! Disons que, lors de l’année 2020, le matériel a progressé gentiment sans rupture technologique.


Les systèmes à pods continuent à inonder le marché. A noter qu’ils deviennent de plus en plus gros, les batteries assurent de plus en plus d’autonomie souvent plus de 1500 mAh (jusqu’à 2500/3000 mAh en fin d’année), les réservoirs offrent aussi souvent plus une contenance de plus de 2 ml. Du coup, comme ces pods peuvent se remplir et on peut changer la résistance, il est quelquefois bien difficile de faire la différence avec un kit classique composé d’un clearomiseur et d’une batterie intégrée.


Question matos, on pourra ironiquement relever que les membres du forum ont pu, début 2020, se ruer, enthousiastes et impatients, sur l’Enovap, attendu depuis tellement d’années. En effet, ce produit élaboré par une entreprise française, a enfin sorti l’an dernier son modèle adopté aux nouveaux vapoteurs et permettant de gérer plus ou moins automatiquement son taux de nicotine (lire ce fil de discussion où vous découvrirez l’avalanche de louanges que les membres ont adressées à ce modèle).


Passons aux liquides maintenant. Pas de souci. Aucun manque à l’horizon n’a été déploré, malgré les confinements. Puisque les fabricants de liquides n’ont pas été trop impactés, ils s’en sont donnés à coeur joie. De nouveaux liquides ou de nouvelles gammes débarquant chaque semaine sur les étals virtuels ou physiques.


On notera toutefois le coup de semonce de l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail, l’ANSES, l’agence française chargée du contrôle des liquides nicotinés. Cette dernière s’est enfin mise au boulot. Elle a découvert qu’un certain nombre de liquides contenaient des substances interdites, douteuses, voire potentiellement cancérigènes (environ 3,5 % des liquides. L’ANSES a promis de rentrer dans un dialogue avec les fabricants pour que la qualité des liquides soit améliorer et que les substances dangereuses soient éliminées. A suivre (lire ce fil de discussion).

4. Et maintenant ?

L’année 2020 étant, pour beaucoup d’entre nous, à oublier, commençons 2021 avec enthousiasme. Enfin pour les vapoteurs, c’est un enthousiasme modéré qu’il convient d’adopter. En effet, cette année devrait voir débouler la mise à jour de la directive européenne sur les produits du tabac et des produits assimilés, donc les produits de la vape. La potentielle grosse nouveauté pourrait être l’apparition des taxes en plus de la TVA. En effet, certains pays de l’UE ont imposé des taxes sur les produits de la vape, matériels et/ou liquides. Mais ils se plaignent maintenant que les pays n’ayant pas mis de taxes en sus fassent de la concurrence déloyale. Comme si on les vapoteurs ont imploré à ces gouvernements de taxer les produits de vape. Du coup, ces derniers exigent une harmonisation des taxes sur le périmètre de l’UE. Cette proposition est très certainement soutenue par l’OMS qui n’a de cesse de concocter toutes sortes de mesures permettant de restreindre la vape (taxes, interdiction des arômes, voire interdiction pure et simple de la vape. Cette noble institution ne se cache même pas. Le verdict devrait tomber au milieu de l’année 2021.


En tout cas, en 2020, la France fait figure d’Eldorado pour les vapoteurs au même titre que l’Angleterre. Certes, contrairement au Royaume-Uni, l’état ne pousse pas officiellement les fumeurs à se tourner vers la vape mais la législation reste somme toute assez souple, il n’y a pas de taxes supplémentaires en plus de la TVA (pour le moment), les magasins sont restés ouverts même pendant les périodes de confinement.


Cela va-t-il durer ? Partout ailleurs, la vape est attaquée. Taxes supplémentaires, législation restrictive, comme aux USA, délivrance par ordonnance, comme en Australie (lire cet article), voire volonté d’interdire purement et simplement, comme dans les Philippines ou en Afrique du Sud. Seul l’avenir nous le dira.

En tout cas, le staff et moi vous souhaitons une excellente année 2021. Déjà, si on pouvait sortir de chez soi sans une autorisation, cela sera un bon début, non ?

Bonne vape !




Pour en discuter sur le forum :
Fil de discussion de l'article

Retour au sommaire :
Sommaire des publications


Révisions

Création : Franck

À propos de l'auteur