Derniers sujets
»  FDP gratuit
Aujourd'hui à 11:42 par bibidochon

» RIP Greg Lake
Aujourd'hui à 10:34 par Rico73

» (TALC) Vous écoutez quoi ???... comme truc ???
Aujourd'hui à 9:56 par Rico73

» eteindre ou pas???
Aujourd'hui à 8:34 par bibidochon

» le post qui detend ...
Aujourd'hui à 7:39 par antique73

» Bonjour à toutes et à tous
Aujourd'hui à 0:09 par Izibelle

» Concours Avatar de Noël 2016
Hier à 23:09 par crapouillette66

» le diy avec des produit solubarome
Hier à 22:37 par .AleX.

» aromes tabac
Hier à 21:07 par ibilk

» Ni200 : need some help
Hier à 19:19 par LowHeek

» Problème avec Résistances Cell Vaporesso
Hier à 15:28 par Garkham

» [Sondage] Utilisation de l'ecig par rapport à la cigarette
Hier à 14:50 par eric62200

» les saveurs que j'ai essayées et super pour moi
Hier à 12:39 par Siou

» grop coup de geule sur europe
Hier à 12:00 par Pascal1969

» Dautzenberg au top
Hier à 10:17 par Morticia30131

» c'est peut etre la St Nicolas...
Jeu 8 Déc 2016 - 23:07 par marcuche

» Avocado de Geekvape
Jeu 8 Déc 2016 - 20:47 par Djekyll

» [mékilékon] n°97 :le champignon n'a pas de sexe, l'inverse n'est pas toujours vrai
Jeu 8 Déc 2016 - 20:45 par Walter White

» Le Tender de Simuran
Jeu 8 Déc 2016 - 17:45 par savage

» Dur, dur, pour nos voisins Belges
Jeu 8 Déc 2016 - 13:39 par Elixir

24 heures sur le forum
sujets actifs du jour
Chercher sur le forum
Loading
Licence
Creative Commons License Site interdit aux moins de 18 ans

Mécanismes et psychologie humaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mécanismes et psychologie humaine

Message par Invité le Mar 24 Sep 2013 - 12:29



------------------------------------------------------------------------

A l’envers, le réflexe de Pavlov fonctionne aussi

http://www.science-et-vie.com/2013/03/26/a-lenvers-le-reflexe-de-pavlov-fonctionne-aussi/

Le réflexe de Pavlov chez le Rhesus Macaque

Des scientifiques américains viennent de montrer que le célèbre réflexe de Pavlov, consistant chez le chien à anticiper l’arrivée de son repas après exposition à un son de cloche, peut fonctionner de façon inversée chez les macaques rhésus : après exposition à une phase de conditionnement préalable consistant à associer l’arrivée d’une récompense à la visualisation d’une image, ces singes anticipent spontanément la survenue de l’image lorsque la récompense arrive, même si l’image n’est pas diffusée.

On s’en souvient, l’expérience dite de Pavlov – une série d’expérimentations menées sur des chiens par le médecin russe Ivan Pavlov dans les années 1890 et 1900 – est constituée de deux phases méthodologiques : dans un premier temps, l’expérimentateur expose un chien à un stimulus neutre, comme par exemple le son d’une cloche, puis à une récompense (l’arrivée d’une écuelle remplie de victuailles). Au terme de cette première phase dite de conditionnement, l’expérimentateur se contente ensuite d’exposer l’animal au seul stimulus neutre. Résultat ? A l’écoute de la cloche, l’animal se met à saliver, anticipant l’arrivée du repas. Que s’est-il passé ?  L’animal a associé la récompense (le repas) au stimulus neutre (le son de la cloche). Si bien que l’exposition au seul stimulus neutre suffit à déclencher l’évocation de la récompense.

Mais ce processus fonctionne-t-il de façon inversée ? En d’autres termes, le chien de Pavlov est-il capable de penser à la cloche s’il reçoit d’abord de la nourriture ? Si le mystère demeure entier concernant les chiens, la réponse en revanche clairement positive pour les singes rhésus. Un résultat obtenu par une équipe de chercheurs belges et américains, publié le 20 mars 2013 dans la revue Neuron sous le titre « Dopaminergic Reward Signals Selectively Decrease fMRI Activity in Primate Visual Cortex« .

Pour parvenir à ce résultat, le Pr. de neurophysiologie Wim Vanduffel et ses collègues ont mis en place une expérience structurée en deux phases, tout comme les expérimentations de Ivan Pavlov. Au cours de la première phase, les scientifiques ont projeté à des singes rhésus des images sur un écran, une projection qui était à chaque fois suivie d’une récompense constituée d’un jus d’orange. Une fois cette phase de conditionnement achevée, les chercheurs ont continué à donner des jus d’orange aux singes rhésus, mais cette fois, sans que ces récompenses soient précédées de projection d’images. Pendant ce temps, l’activité cérébrale des primates était enregistrée via imagerie à résonnance magnétique fonctionnelle (fMRI).

Résultat ? Malgré l’absence d’images sur l’écran, le cortex visuel des singes rhésus s’activait toutefois. Qui plus est, les zones du cortex visuel qui s’activaient étaient précisément celles qui avaient été recrutées lors des séances de visionnage de la phase de conditionnement. Nul doute possible : les singes rhésus avaient bel et bien associé la récompense aux images projetées.

Selon Wim Vanduffel (Université KU Leuven, Belgique) et ses collègues, la dopamine, ce neurotransmetteur jouant un rôle central dans la transmission des informations liées aux processus dits de récompense (activité sexuelle, drogues, jeux d’argent…), serait fortement impliqué dans l’aptitude de ces singes rhésus à associer un stimulus à un évènement agréable.

Pour valider cette hypothèse, les chercheurs ont administré à ces primates une molécule bloquant l’action de la dopamine : cette manipulation a eu pour effet d’atténuer fortement l’activation du cortex visuel des singes lorsque les images n’étaient plus projetées. Un résultat qui suggère que la dopamine est ni plus ni moins le messager chimique chargé, dans cette expérience, de stimuler le cortex visuel. Et qui, plus largement, met en lumière le rôle central joué par ce neurotransmetteur dans les mécanismes de conditionnement basés sur des logiques de récompense.

Image : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Rhesus_Macaque,_Red_Fort,_Agra,_India.jpg


Dernière édition par Thelos le Mar 24 Sep 2013 - 13:01, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mécanismes et psychologie humaine

Message par Invité le Mar 24 Sep 2013 - 12:36

Pour mieux comprendre, il y a les travaux du Chercheur Henri Laborit
http://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Laborit

Henri Laborit est né le 21 novembre 1914 à Hanoï, alors en Indochine française, et mort le 18 mai 1995 à Paris. Médecin chirurgien et neurobiologiste, il introduisit l'utilisation des neuroleptiques en 1951. Il était également éthologue (spécialiste du comportement animal), « eutonologue », selon sa propre définition (spécialiste du comportement humain) et philosophe.

Il s'est fait connaître du grand public par la vulgarisation des neurosciences, notamment en participant au film Mon oncle d'Amérique d'Alain Resnais.

lien:
ce documentaire film Exceptionnel:(pour le voir sur ordi downloadhelper plugin de Mozilla)
http://www.youtube.com/watch?v=FQcC-VB_W-s


Dernière édition par Thelos le Mar 24 Sep 2013 - 13:16, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mécanismes et psychologie humaine

Message par Invité le Mar 24 Sep 2013 - 12:47

Mon Oncle d'Amérique

un film d'Alain Resnais (1979)

Transcription des commentaires
d' Henri Laborit



«La seule raison d’être d’un être c’est d’ETRE. C’est-à-dire de maintenir sa structure. C’est se maintenir en vie, sans cela il n’y aurait pas d’être. Remarquez que les plantes peuvent se maintenir en vie sans se déplacer, elles puisent leur nourriture directement dans le sol, à l’endroit où elles se trouvent. Et grâce à l’énergie du soleil, elles transforment cette matière inanimée qui est dans le sol en leur propre matière vivante.

Les animaux, eux, donc l’Homme qui est un animal, ne peuvent se maintenir en vie qu’en consommant cette énergie solaire déjà transformée par les plantes ; et cela exige de se déplacer. Ils sont forcés d’agir à l’intérieur d’un espace. Et pour se déplacer dans un espace, il faut un système nerveux. Et ce système nerveux va agir, va permettre d’agir sur l’environnement et dans l’environnement. Toujours pour la même raison, pour assurer la SURVIE.

Si l’action est efficace, il va en résulter une sensation de plaisir. Ainsi, une pulsion pousse les êtres vivants à maintenir leur équilibre biologique, leur structure vivante à se maintenir en vie, et cette pulsion va s’exprimer dans quatre comportements de base :
Un comportement de CONSOMMATION, c’est le plus simple, le plus banal, il assouvit un besoin fondamental : boire, manger, copuler,
Un comportement de FUITE,
Un comportement de LUTTE,
Un comportement d’INHIBITION.

Un cerveau, ça ne sert pas à penser, mais ça sert à AGIR.

L’évolution des espèces est conservatrice, et dans le cerveau des animaux, on trouve des formes très primitives.

Il y a un premier cerveau que Mac Lean a appelé le cerveau REPTILIEN, c’est celui des reptiles en effet, et qui déclenche des comportements de SURVIE IMMEDIATE, sans quoi l’animal ne pourrait survivre.

Boire et manger lui permettent de maintenir sa structure, et copuler lui permet de se reproduire.

Lorsqu’on arrive aux MAMMIFERES, un second cerveau s’ajoute au premier et d’habitude on dit (cf. Mac Lean) que c’est le cerveau de la MEMOIRE.

Sans mémoire de ce qui est agréable ou désagréable, il n’est pas question d’être heureux, triste, angoissé. Il n’est pas question d’être en colère ou amoureux, et on pourrait presque dire : «Qu’un être vivant est une mémoire qui agit».

Un troisième cerveau s’ajoute aux deux premiers : le CORTEX CEREBRAL. Chez l’Homme, il a pris un développement considérable, on l’appelle CORTEX ASSOCIATIF.

Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie qu’il associe les voies nerveuses sous-jacentes et qui ont gardé la trace des expériences passées et les associe d’une façon différente de celles dont elles ont été impressionnées par l’environnement, au moment même de l’expérience. C’est-à-dire que l’Homme va pouvoir CREER, réaliser un processus IMAGINAIRE.

Dans le cerveau de l’Homme, les trois cerveaux superposés existent toujours. Nos pulsions sont toujours celles très primitives du cerveau reptilien. Les trois étages du cerveau devront fonctionner ensemble, et pour ce faire, ils vont être reliés par des faisceaux. L’un s’appelle le faisceau de la RECOMPENSE. L’autre, celui de la PUNITION. C’est ce second faisceau qui va déboucher sur la FUITE ou la LUTTE, un autre encore va aboutir à l’INHIBITION de l’action.

Des exemples : la caresse d’une mère à son enfant, la décoration qui va flatter le narcissisme d’un guerrier, les applaudissements qui vont accompagner la tirade d’un acteur.
Tout cela libère des substances chimiques dans le faisceau de la RECOMPENSE et aboutira au PLAISIR de celui qui en est l’objet.

Mais j’ai parlé de la mémoire. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’au début de l’existence, le cerveau est IMMATURE. Dans les deux ou trois premières années de la vie d’un Homme, l’expérience qu’il aura du milieu qui l’entoure sera indélébile et constituera quelque chose de considérable pour l’évolution de son comportement dans toute son existence. Et finalement, nous devons nous rendre compte que ce qui pénètre dans notre système nerveux depuis la naissance et peut-être avant, in utero, les stimuli qui vont pénétrer dans notre système nerveux nous viennent essentiellement des autres, et que nous ne sommes que les AUTRES. Quand nous mourrons, ce sont les autres que nous avons intériorisés dans notre système nerveux, qui nous ont construits, qui ont construit notre cerveau, qui l’ont rempli, qui vont mourir.

Ainsi, nos trois cerveaux sont là, les deux premiers fonctionnent de façon INCONSCIENTE, nous ne savons pas ce qu’ils nous font FAIRE. Ce sont les pulsions instinctuelles, les automatismes culturels. Le troisième cerveau nous fournit un langage explicatif qui donne toujours une excuse, un alibi, au fonctionnement inconscient des deux premiers.

Il faut se représenter l’inconscient comme une mer profonde, le conscient comme l’écume qui naît, qui disparaît et renaît à la crête des vagues. C’est la partie très superficielle de cet océan écorché par le vent.

On peut donc distinguer quatre types principaux de comportement :
le premier est le comportement de CONSOMMATION, qui assouvit les besoins fondamentaux,
le deuxième est un comportement de GRATIFICATION, quand on a l’expérience d’une action qui aboutit au plaisir, on essaie de la renouveler,
le troisième est un comportement qui répond à la PUNITION, soit par la FUITE qui l’évite, soit par la LUTTE qui détruit le sujet de l’agression,
Le dernier est un comportement d’INHIBITION, on ne bouge plus, on attend en tension et on débouche sur l’angoisse. Et l’angoisse c’est l’impossibilité de dominer une situation.

Prenons un rat que l’on met dans une cage à deux compartiments, c’est-à-dire un espace séparé par une cloison dans laquelle se trouve une porte et dont le plancher est électrifié de manière intermittente. Avant que le courant électrique ne passe dans le grillage du plancher, un signal prévient l’animal que quatre secondes après le courant va passer. Au départ il ne le sait pas. Il s’en aperçoit très vite. Au début, il est inquiet et très rapidement, il s’aperçoit qu’il y a une porte ouverte et il passe dans l’autre pièce. La même chose va se reproduire quelques secondes après, et il apprendra aussi très vite qu’il peut éviter la punition du petit choc électrique dans les pattes, en passant dans le compartiment de la cage où il se trouvait au départ. Cet animal qui subit cette expérience pendant une dizaine de minutes par jour, pendant sept jours consécutifs, sera en parfait état, en parfaite santé à l’issue des sept jours. Sa tension est parfaite, pas d’hypertension artérielle, poil lisse. Par la fuite, il a évité la punition et a maintenu son intégrité biologique.

Ce qui est facile pour un rat en cage est beaucoup plus difficile pour un Homme en société. En particulier, certains besoins ont été créés par cette vie en société et cela, depuis son enfance. Il est rare qu’il puisse, pour assouvir ses besoins, aboutir à la LUTTE, lorsque la FUITE n’est pas efficace.

Quand deux individus ont des projets différents ou le même projet et qu’ils entrent en compétition pour la réalisation de ce projet, il y a un gagnant, un perdant. Il y a établissement d’une dominance de l’un des individus par rapport à l’autre. La recherche de la dominance, dans un espace qu’on peut appeler le TERRITOIRE, est la base fondamentale de tous les comportements humains, et cela en pleine inconscience des motivations.

Il n’y a donc pas d’instinct de PROPRIETE, il n’y a donc pas non plus d’instinct de DOMINANCE, il y a simplement l’apprentissage, par le système nerveux d’un individu, de la nécessité pour lui de conserver à sa disposition un objet ou un être qui est aussi désiré, envié par un autre être. Et il sait, par apprentissage, que dans cette compétition, s’il veut garder l’objet ou l’être à sa disposition, il devra DOMINER.

Nous avons déjà dit que nous n’étions que les AUTRES.

Un enfant sauvage abandonné loin des autres ne deviendra jamais un Homme. Il ne saura jamais marcher ni parler. Il se conduira comme un petit animal.

Grâce au langage, les Hommes ont pu transmettre, de générations en générations, toute l’expérience qui s’est faite au cours des millénaires du monde. Il ne peut plus maintenant et depuis longtemps déjà, assurer à lui seul sa SURVIE, il a besoin des autres pour vivre, il ne sait pas tout faire, il n’est pas POLYtechnicien.

Dès le plus jeune âge, la SURVIE du groupe est liée à l’apprentissage, chez le petit de l’Homme, de ce qui est nécessaire pour vivre heureux en société. On lui apprend à ne pas faire caca dans sa culotte, à faire pipi dans le pot. Et très rapidement, on lui apprend comment il doit se comporter pour que la cohésion du groupe puisse exister.

On lui apprend ce qui est beau, ce qui est bien, ce qui est mal, ce qui est laid. On lui dit ce qu’il doit faire et on le punit ou on le récompense quelque soit sa propre recherche du plaisir. Et on le punit et on le récompense suivant que son action est conforme à la SURVIE du groupe.

Le fonctionnement de notre système nerveux commence à peine à être compris. Depuis une vingtaine ou une trentaine d’années, nous sommes capables de comprendre comment, à partir de molécules chimiques qui constituent le cerveau, qui en forment la base, s’établissent les voies nerveuses qui vont être codées, imprégnées par l’apprentissage culturel et tout cela, dans un mécanisme inconscient ; c’est-à-dire que nos pulsions instinctuelles et nos automatismes culturels seront masqués par un langage, par un discours logique.

Le langage ne contribue ainsi qu’à cacher la cause des dominances, des mécanismes et les établissements de ces dominances et à faire croire à l’individu qu’en oeuvrant pour l’ensemble social, il va vivre son propre plaisir. Alors qu’il ne fait, en général, que maintenir des situations hiérarchiques qui se cachent sous des alibis langagiers, des alibis fournis par le langage qui lui servent, en quelque sorte, d’excuse.

Dans la seconde expérience sur le rat, la porte de communication entre les deux compartiments est fermée. Le rat ne peut pas fuir, il va donc être soumis à la punition à laquelle il ne peut pas échapper. Cette punition va provoquer chez lui un comportement d’INHIBITION. Il apprend que toute action est inefficace, qu’il ne peut ni FUIR, ni LUTTER, de fait il s’INHIBE.

Et cette inhibition s’accompagne d’ailleurs chez l’Homme de ce qu’on appelle l’angoisse et s’accompagne aussi, dans son organisme, de pulsions biologiques extrêmement profondes. Ainsi, si un microbe passe dans les environs, s’il en porte aussi sur lui-même, alors que normalement il aurait pu les faire disparaître, là ne pouvant pas, il fera une infection, s’il a une cellule cancéreuse qu’il aurait détruite, il va faire une évolution cancéreuse. Et ces troubles biologiques aboutissent à tout ce qu’on appelle les maladies de civilisation ou maladies psychosomatiques : les ulcères de l’estomac, les hypertensions artérielles, l’insomnie, la fatigue, le MAL ETRE.

Dans la troisième expérience sur le rat, le rat ne peut pas fuir, il va donc recevoir toutes les punitions, mais il sera en face d’un autre rat qui lui servira d’adversaire, et dans ce cas il va lutter. Cette lutte est absolument inefficace, elle ne lui permet pas d’éviter la punition, mais il AGIT. Un système nerveux ne sert qu’à AGIR. Ce rat ne fera AUCUN accident pathologique de ceux que nous avions rencontrés dans le cas précédent. Il sera en très bon état et pourtant il aura subi toutes les punitions.

Or, chez l’Homme, les lois sociales interdisent généralement cette violence défensive. L’ouvrier qui voit tous les jours son chef de chantier dont la tête ne lui revient pas, ne peut pas lui casser la figure, parce qu’on lui enverrait les agents. Il ne peut pas fuir car il serait au chômage et tous les jours de sa vie, toutes les semaines du mois, tous les mois de l’année, les années qui, quelquefois, se succèdent, il est en inhibition de l’action. L’Homme a plusieurs façons de lutter contre cette inhibition de l’action. Il peut le faire par l’agressivité. Elle n’est jamais gratuite, elle est toujours en réponse à une inhibition de l’action. Cela débouche sur une explosion agressive qui est rarement rentable mais qui, sur le plan du système nerveux, est parfaitement explicable.

Ainsi, répétons-le, cette situation dans laquelle un individu peut se trouver, d’inhibition dans son action, si elle se prolonge, commande à toute la pathologie. Les perturbations biologiques qui l’accompagnent vont déchaîner aussi bien l’apparition de maladies infectieuses que tous les comportements des maladies mentales.

Quand son agressivité ne peut plus s’exprimer sur les autres, elle peut encore s’exprimer sur lui-même de deux façons. Il SOMATISERA ; il dirigera son agressivité sur son estomac où il fera un trou, un ulcère, sur son cœur et ses vaisseaux, il fera de l’hypertension artérielle, quelquefois même des lésions aiguës qui aboutissent aux maladies cardiaques brutales, infarctus, maladies cérébrales ou des urticaires ou des crises d’asthme. Il pourra aussi orienter son agressivité contre lui-même d’une façon encore plus efficace, il peut se suicider. Et quand on ne peut pas être agressif envers les autres, on peut, par le suicide, être agressif encore, par rapport à soi.

L’inconscient constitue un instrument redoutable, non pas tellement par son contenu refoulé, il refoule (punition) parce que très douloureux à exprimer, il serait puni par la socioculture, mais par tout ce qui est, au contraire, autorisé (récompense) et quelquefois même récompensé par la socioculture qui a été placée dans son cerveau depuis sa naissance, dont il n’a pas conscience de la présence en lui. C’est pourtant ce qui guide ses actes. C’est cet inconscient-là qui n’est pas l’inconscient freudien qui est le plus dangereux. En effet, ce qu’on appelle la personnalité d’un Homme s’est établi sur un tel bric-à-brac de jugements de valeur, de préjugés, de lieux communs qui pèsent et qui, à mesure que son âge avance, deviennent de plus en plus rigides, de moins en moins remis en question. Et quand une seule pierre de cet édifice est ôtée, que tout l’édifice s’écroule et qu’il découvre l’angoisse, que cette angoisse ne reculera pour s’exprimer ni devant le meurtre pour l’individu, ni devant le génocide ou la guerre pour les groupes sociaux.

On commence à comprendre par quels mécanismes, pourquoi et comment, à travers l’histoire et dans le présent, se sont établies les échelles hiérarchiques de DOMINANCE.

Tant qu’on n’aura pas diffusé très largement à travers les Hommes de cette planète la façon dont fonctionne leur cerveau, la façon dont ils l’utilisent, tant qu’on n’aura pas dit que, jusqu’ici, c’est toujours pour DOMINER les autres, il y a peu de chance qu’il y ait quelque chose qui change.»

Source:
http://lionel.mesnard.free.fr/le%20site/henri-laborit.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mécanismes et psychologie humaine

Message par Invité le Mar 24 Sep 2013 - 13:15

Je me suis dit "boudiou, la tartine!" puis j'ai commencé à lire et je me suis dit, "mais on sait tout ça..." puis j'ai continué, et ce que j'avais survolé jusque là, dans ma vie, m'est apparu clair comme le ruisseau naissant.
Merci de prendre du temps pour partager l'essentiel.
friendship1

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mécanismes et psychologie humaine

Message par bibidochon le Mar 24 Sep 2013 - 16:40

j'ai lu ça il y a longtemps, les grands débats Darwin vs Dieu, repris dans les pseudos manuels de gestion du stress, dans les cours de sophro, les rites initiatiques et l'ésotérisme, mon dieu que ça m'avait gonflé le truc du rat repris à toutes les sauces...mais quelques années plus tard ça me semble plus clair et compréhensif, c'est peut être la pseudo sagesse de l'age ?

bibidochon
Maître contributeur
Maître contributeur

Masculin Commentaires : Trop vieux, trop petit, trop loin, trop grognon, trop chauve...et surtout obsolète
Nombre de messages : 15878
Age : 100
Localisation : Hagard du Nord
eCig : Une batterie, des bouts de fils, un connecteur et un peu de bois d'arbre Smile
Date d'inscription : 12/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mécanismes et psychologie humaine

Message par copiercoller le Mar 24 Sep 2013 - 17:03

oui, très beau résumé, bravo !
une réserve qui rejoint bibi( jeune Razz ). Il faut manier avec précaution le "Henri Laborit" , il fait paraitre simple et évident ce qui semble complexe, et c'est très bien. La limite c'est qu'il simplifie trop la psyché humaine, en la comparant à l'animal. En laissant de coté le Ça et le Moi (Freud et autres analystes), qui font justement la complexité du cerveau humain, encore impossible aujourd'hui à analyser.

copiercoller
Maître contributeur
Maître contributeur

Masculin Commentaires : Non.
Nombre de messages : 7381
Age : 65
Localisation : ville rose
eCig : maternelle : ego 650
primaire : twist (jerk, mash-potatoes ...)
collège : vamo
lycée : istick
fac : aspirator 300W

point PM : 3
Date d'inscription : 06/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mécanismes et psychologie humaine

Message par Invité le Mar 24 Sep 2013 - 20:25

Tu as lu en diagonale, la complexité des relations humaines par rapport à celles de l'animal est très bien résumée dans ce paragraphe:

Or, chez l’Homme, les lois sociales interdisent généralement cette violence défensive. L’ouvrier qui voit tous les jours son chef de chantier dont la tête ne lui revient pas, ne peut pas lui casser la figure, parce qu’on lui enverrait les agents. Il ne peut pas fuir car il serait au chômage et tous les jours de sa vie, toutes les semaines du mois, tous les mois de l’année, les années qui, quelquefois, se succèdent, il est en inhibition de l’action. L’Homme a plusieurs façons de lutter contre cette inhibition de l’action. Il peut le faire par l’agressivité. Elle n’est jamais gratuite, elle est toujours en réponse à une inhibition de l’action. Cela débouche sur une explosion agressive qui est rarement rentable mais qui, sur le plan du système nerveux, est parfaitement explicable...


Les gens "simples" nous disent "faut qu'ça sorte, faut pas garder les mauvaises choses à l'intérieur". "On" nous l'a toujours dit, "On" ne nous a jamais montré l'exemple, j'ai mis le mouchoir par dessus chaque fois que l'occasion s'en présentait et j'ai bousillé une bonne partie de ma vie à faire des crises de paniques et autres joyeuseutés, pour pouvoir m'intégrer à la "masse"... C'est presque fini, à la soixantaine, il était temps farao , mais il a fallu passer par la solitude et l'égocentrisme, 2 comportements qui provoquent le rejet par les Autres pas toujours facile à vivre non plus...

Le cerveau humain va encore nous épater pendant des décennies, le comportement humain n'est qu'une répétition des erreurs passées par lesquelles tout le monde prétend vouloir passer avant d'avancer, on perd un temps fou...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mécanismes et psychologie humaine

Message par bibidochon le Mar 24 Sep 2013 - 20:42

gardane a écrit:...le comportement humain n'est qu'une répétition des erreurs passées par lesquelles tout le monde prétend vouloir passer avant d'avancer, on perd un temps fou...
Il faut apprendre de ses erreurs, mais ne pas apprendre à vouloir faire des erreurs pour avancer en perdant du temps, on peux très bien avancer sans Wink 

c'était la minute psy de papy ronchon clown 

bibidochon
Maître contributeur
Maître contributeur

Masculin Commentaires : Trop vieux, trop petit, trop loin, trop grognon, trop chauve...et surtout obsolète
Nombre de messages : 15878
Age : 100
Localisation : Hagard du Nord
eCig : Une batterie, des bouts de fils, un connecteur et un peu de bois d'arbre Smile
Date d'inscription : 12/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mécanismes et psychologie humaine

Message par Invité le Mar 24 Sep 2013 - 20:51

Qui a le mérite d'être "du vécu", tongue

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mécanismes et psychologie humaine

Message par magnetic le Mar 24 Sep 2013 - 21:28

on peut apprendre des autres aussi ..
c'est l'avantage de vivre en société

magnetic
Grand contributeur
Grand contributeur

Masculin Nombre de messages : 1965
Age : 52
Date d'inscription : 29/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mécanismes et psychologie humaine

Message par Invité le Mar 24 Sep 2013 - 21:38

Si on avait 2 sous d'intelligence, on ne ferait que ça et ça se saurait Very Happy 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mécanismes et psychologie humaine

Message par Invité le Mar 24 Sep 2013 - 21:49

@copiercoller a écrit:oui, très beau résumé, bravo !
une réserve qui rejoint bibi( jeune Razz ). Il faut manier avec précaution le "Henri Laborit" , il fait paraitre simple et évident ce qui semble complexe, et c'est très bien. La limite c'est qu'il simplifie trop la psyché humaine, en la comparant à l'animal. En laissant de coté le Ça et le Moi (Freud et autres analystes), qui font justement la complexité du cerveau humain, encore impossible aujourd'hui à analyser.
Le film d' Alain resnais d'après les  travaux d'henry laborit (le lien en haut) ainsi que cette retrancription
du film est une synthèse quasi parfaite (qu'il faut relire et reflechir) pour ceux qui ont peu de temps de comprendre les mecanismes humains et c'est vrai, ensuite il y a les livres qu'il a ecrit qui sont assez exhaustifs et accessible mais il faut quand meme s'accrocher.

Il a un point de vue très clair à  défaut du freudisme (cf Michel Onfray) et autres "sornettes" (Psychanalyse,sophrologie,Pnl,mentalisme,etc..), de plus ces travaux sont "irréfutables dans le domaine cognitif et scientifique" (verifiez)ainsi que l'avancée qu'il a fait en médecine.(c'est bien pour cela qu'on ne l'étudie pas ;)en psychologie car il remet trop en question le systeme du pouvoir et des hierachies sociales (les inégalités) des sociétés capitalistes ou autres système.
Le lire sera un enrichissement pour beaucoup
Sinon il y a aussi Jean didier vincent qui permet d'avancer dans ce domaine sans charlatanisme, pour ma part ces deux auteurs sont très proches de l'objectivité et il y a des preuves scientifiques de ce qu'ils avancent "sans délires".
Evidemment connaitre ces mecanismes , cognitifs et psychologiques en soi est une chose, identifier ces problèmes et les résoudre en est une autre ), car l'individu est aussi un etre "spirituel" (il pense et à des idées immaterielles, des reves,etc..) , pas uniquement une "machine/pensante" (bien que...)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mécanismes et psychologie humaine

Message par Invité le Mar 24 Sep 2013 - 22:07

Un article amusant anglais sur la "pensée " le rat et le jeu d'echecs.
Comment battre un GM, penser comme un rat..

http://animallamina.wordpress.com/2011/01/28/want-to-beat-a-chess-grand-master-think-like-a-rat/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mécanismes et psychologie humaine

Message par DeltaFX le Mer 25 Sep 2013 - 13:48

C'est bien joli tout ça, mais à lire ces études, j'ai de plus en plus l'impression que le bonheur n'à rien à voir avec "Écraser ses ennemis, les voir mourir devant soi et entendre les lamentations de leurs femmes" mais ne découle que d'un imbroglio de réactions chimiques.

On m'aurait menti ?

DeltaFX
Moyen contributeur
Moyen contributeur

Masculin Nombre de messages : 713
eCig : Vamo V5 Stainless, Nemesis clone 26650 (et ca envoi du lourd)
Date d'inscription : 08/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mécanismes et psychologie humaine

Message par Invité le Mer 25 Sep 2013 - 13:58

C'est un mix de tout ça, non? plus ce qu'on en fait...Very Happy Very Happy 

"Ne pas prendre ses angoisses pour des problèmes, à moins que ce ne soit les seuls"
Jean Rostand

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mécanismes et psychologie humaine

Message par copiercoller le Mer 25 Sep 2013 - 17:30

De Max Stirner philosophe allemand, que je viens de découvrir récemment, et qui dit ce que j'ai pensé toute ma vie :
"Un Homme n'est appelé à rien; il n'a pas plus de devoir et de vocation que n'en ont une plante ou un animal."
A réciter aux nouveaux nés, dès leurs apparitions.

copiercoller
Maître contributeur
Maître contributeur

Masculin Commentaires : Non.
Nombre de messages : 7381
Age : 65
Localisation : ville rose
eCig : maternelle : ego 650
primaire : twist (jerk, mash-potatoes ...)
collège : vamo
lycée : istick
fac : aspirator 300W

point PM : 3
Date d'inscription : 06/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mécanismes et psychologie humaine

Message par Invité le Mer 25 Sep 2013 - 19:45

Joli, ça pourrait en décontracter certains albino 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum